Listings eXchange

by Listings Europe

Les rachats d’actions, pour optimiser les cotations

En Europe comme aux Etats-Unis, les programmes de rachats d’actions se multiplient depuis quelques années. Avec, pour les émetteurs comme pour les investisseurs, des bénéfices tangibles, à court et moyen termes.

Qu’il s’agisse de programmes « au fil de l’eau »,  lancés dans les conditions fixées par les législations nationales ou d’offres publiques de rachat, la fréquence accrue des opérations de rachats d’actions indique clairement que les émetteurs y voient une option privilégiée, en période de baisse généralisée des cours.

« Les objectifs de ces rachats d’actions sont divers », explique François Houssin, Responsable des Relations avec les Emetteurs de NYSE Euronext en France. « Pour certaines entreprises, il s’agit d’expliquer au marché qu’un investissement dans leurs actions est très rentable à court terme. Dans d’autres cas, les émetteurs souhaitent se doter d’une monnaie d’échange en vue de finaliser des opérations de croissance externe dans un contexte où l’accès au crédit est plus difficile. Le but peut également être de motiver les salariés en proposant des plans d’actionnariat salarié, ou de régulariser le cours de bourse en cas de volatilité très forte. Enfin, lorsque de grands actionnaires ont une participation forte dans le capital d’une entreprise, le rachat et l’annulation d’actions peuvent s’apparenter à un outil patrimonial, qui leur permet de renforcer leur présence et de rendre plus difficile une éventuelle tentative d’OPA hostile. »

Les avantages sont donc bien identifiés et séduisent un nombre croissant de grands groupes en Europe tels que GDF-Suez (500 M€ de rachats d’actions), Vinci (2 milliards € en 2010 et 2011) ou encore Bouygues (OPRA de 1,25 M€ en cours). Aux Etats-Unis, Dell a mis en œuvre un programme de 5 milliards de dollars, qui vient compléter une précédente opération ayant permis le rachat de l’équivalent de 2 milliards de dollars d’actions.

« Dans la situation actuelle, les entreprises ont des liquidités », poursuit François Houssin.« Et même si les offres de rachat d’actions ne constituent pas une stratégie à long terme, elles représentent aujourd’hui des solutions qui permettent aux émetteurs de réaliser d’excellentes opérations financières et d’optimiser leur cotation. Notre rôle est de les accompagner dans ces programmes d’optimisation, en leur fournissant toutes les informations dont ils ont besoin. Et dans le cadre d’offres publiques de rachats d’actions, nous pouvons en assurer la centralisation auprès de notre clientèle de plus de 200 brokers. »